Al Moutanabbi....le chemin de la grandeur.x - منتديات الجلفة لكل الجزائريين و العرب

العودة   منتديات الجلفة لكل الجزائريين و العرب > Forum Français > Islam > Personnages et événements historiques

Personnages et événements historiques Histoire et événements de l'Islam

منتديات الجلفة ... أكثر من 14 سنة من التواجد على النت ... قم بالتسجيل في أكبر تجمع جزائري - عربي و استفد من جميع المزايا، تصفّح دون اعلانات، اشترك في المواضيع التي تختارها ليصلك الجديد على بريدك الالكتروني

في حال وجود أي مواضيع أو ردود مُخالفة من قبل الأعضاء، يُرجى الإبلاغ عنها فورًا باستخدام أيقونة تقرير عن مشاركة سيئة ( تقرير عن مشاركة سيئة )، و الموجودة أسفل كل مشاركة .

آخر المواضيع

Al Moutanabbi....le chemin de la grandeur.x

إضافة رد
 
أدوات الموضوع انواع عرض الموضوع
قديم 2009-10-31, 11:25   رقم المشاركة : 1
معلومات العضو
ينابيع الصفاء
محظور
 
إحصائية العضو










Mh51 Al Moutanabbi....le chemin de la grandeur.x

Al Moutanabbi...Le chemin de la grandeur.i

Al Moutanabbi n'était pas seulement un poète ou un moraliste,mais c'était un génie qui avait l'esprit équilibré,réunissait à la coupe débordante du poète et à la sagesse innée du philosophe,le sentiment d'une force qui s'exerçait sur son moral pour l'orienter vers la grandeur,ou à tout le moins vers une prise de conscience de cette grandeur qui se manifestait aussi bien dans ses poèmes voués à l'éternité que dans ses comportements quotidiens appelés à ne durer qu'un temps.i
Al Moutanabbi est l'unique poète arabe qui a vécu la vie en la scrutant d'en haut,qui se l'est imaginée médiocre,quand bien même d'aucuns la percevaient comme un espace temporel de force et d'oppression.i

Il s'est mis à en parcourir les voies faciles d'accès et les chemins difficiles et ne voyait rien de grand sans qu'il s'en considérât digne.i
Il ne prêtait attention ni au côté positif ni au côté négatif de la vie.En faisant son introspection,il constatait qu'il ne jouissait pas des honneurs et des titres de gloire qu'il méritait.i
Débordant de sensibilité et bouillant d'irritation,le voilà qui s'engageait dans un poème auquel les simples d'esprit parmi les intellectuels peuvent ne pas adhérer,mais devant lequel s'inclinent ceux qui ne se laissent pas abattre par les caprices du sort et sont d'autant plus exigeants de la vie qu'elle leur offre du nouveau.x

Il est certain que sa vie est une somme de tentatives vouées à l'échec,de prétentions sans fondement,d'orientations mal définies, mais la vie d'un grand homme ne se mesure pas aux critères qui servent à apprécier la vie du commun des mortels,ni aux usages du milieu et de l'époque dans laquelle il a vécu.i
Elle s'impose par
la force,obscurcit le chemin de la grandeur,au point que nulle balance ne permet de trouver une situation d'équilibre,qu'aucune barrière ne semble s'ériger en obstacle.i

On ne cesse d'agir dans l'espoir de bien faire;mais en cas d'échec,ce n'est une raison ni pour abandonner ni pour se décourager et se désespérer.i
La vie tourne selon son bon vouloir.Elle élève aux honneurs sur tous les plans et justifie ses fins par tous les moyens.i
Al Moutanabbi ne faisait pas partie de ces hommes illustres qui adoptent un grand principe sans jamais s'en écarter,qui s'enferment dans leur tour d'ivoire pour chanter l'hymne d'une gloire irréaliste,mais il appartenait à la catégorie de ces tyrans dont la grandeur se mesure à leur degré de cupidité ainsi qu'à l'attachement qu'ils portent à la vie,non pas pour échapper à ses contingences,mais pour mieux s'installer dans ses fantaisies et se vêtir de ses caprices.i

Tel est
Al Moutanabbi dont nous parcourons le recueil de poèmes en nous émerveillant de son extraordinaire ambition et de sa grande cupidité.i

Les livres de biographie nous renseignent sur sa conduite qui ne savait pas distinguer le bien du mal.i
Ils nous présentent une forte personnalité, confiante en elle-même,justifiant toutes ses actions et exprimant les sentiments les plus intimes dans des poèmes réunissant les attributs de la prééminence et de l'aspiration à l'éternité.i
Le poète qu'incarne cette personnalité occupe une position suprême parmi les poètes de l’ara-bité à travers les siècles.i Malgré quelques imperfections anodines sur le plan de la forme et du choix de certaines expressions qui lui ont été reprochées en certaines occasions,cette production poétique vaut à son auteur d'être immortalisé tant qu'il y aura des hommes sur terre.i

La langue arabe peut s'enorgueillir, à l'occasion de la célébration du millénaire de notre grand poète,de voir que son œuvre poétique est de nouveau soumise à l'étude et que les chercheurs et les hommes de lettres s'intéressent aux différents aspects de cette œuvre immortelle.i
Pour ma part,il me suffit de décrire ce que j'ai ressenti au plus profond de moi-même lorsque,tout feu tout flamme,je me suis isolé en compagnie de ses poèmes pendant un certain temps.i
Une heure auprès d'Al Moutanabbi m'a fait sentir la force d'un esprit qui lance des éclairs et se manifeste dans toute la splendeur de son auréole.i
On commence à peine à lire les premiers poèmes et à se concentrer sur les idées qu'ils renferment,qu'on se sent obligé de vouer à ce poète hors pair une estime bien plus grande que celle suggérée par tous ceux qui lui ont consacré des études biographiques et se sont intéressés de près à sa conduite.i
Certains détracteurs parmi ceux-ci ont essayé de le dépouiller du prestige de la grandeur et de la gloire pour ne mettre l'accent que sur certains travers auxquels il était particulièrement attaché comme la cupidité et les sautes d'humeur;mais Al Moutanabbi s'est toujours imposé comme un poète éternel,obligeant le goût littéraire à reconnaître en lui le créateur d'un univers poétique que des générations de poètes ont pris pour modèle,imitant ses maximes aphoristiques considérées comme faisant partie d'un code de règles et de principes appelé à durer ad vitam aeternam.x

-La première chose qui nous frappe lorsque nous sommes en sa compagnie,ce sont ces merveilleuses maximes qui émanent,non pas de l'esprit du poète ou de son savoir,mais de son for intérieur,pour passer en proverbes que reprendra la postérité,et dont l'écho répercutera la moralité de siècle en siècle.i
Notre poète n'est pas ce philosophe qui s'intéresse à l'essence des choses et la soumet à une analyse minutieuse qui force l'admiration mais ne recueille pas notre adhésion.i

Le rapprochement qui peut être fait entre Al Moutanabbi,sur le plan des maximes dont regorge son œuvre, et Al Maarri,n'exclut pas que les deux poètes sont très différents l'un de l'autre.i
La poésie d'Al Maarri est exclusivement orientée vers le monde des idées;elle expose des théories et manipule des doctrines.i
Al Moutanabbi,quant à lui,compose ses poèmes sur des maximes merveilleuses,qui trouvent leur origine dans son force intérieur.i
Ce sont elles qui le nourrissent et lui révèlent leur beauté lapidaire,ainsi que l'éternité prescrite aux vers qui les véhiculent non seulement dans les livres mais aussi sur les langues chaque fois qu'elles veulent discourir des lois de l'univers et des règles de l'existence.i

S'il nous est permis de qualifier cet aspect de sagesse qui se manifeste dans la sensibilité de notre poète d'un vocable qui puisse rendre compte de son contenu, nous l'appellerons "philosophie de l'innéité" et, pour bien comprendre le sens de cette appellation,nous devons retourner aux sources de la philosophie poétique d'Al Moutanabbi.i
Certains penseurs ont curieusement essayé de chercher l'origine de cette philosophie dans une source extérieure aux sensations du poète et à sa sensibilité,prétendant que la plupart de ses maximes sont empruntées à la philosophie grecque ou islamique.i
Mais notre poète ne fait pas partie de ces privilégiés qui ont eu la bonne fortune d'étudier les rudiments des théories philosophiques; il n'est pas non plus homme à élaborer une quelconque construction théorique ou à adhérer à une doctrine déterminée,mais il est un poète qui s'engage avec les sensations qui guident tout
poète sincère,sans qu'il se laisse lier par les conceptions des uns et des autres ou par une quelconque doctrine.i


Al Moutanabbi est allé puiser au fond de lui-même et au plus profond de ses ressources poétiques le sens de l'observation pour explorer la vie,et il a réussi à énoncer spontanément la loi de la réalité immédiate et concrète de l'existence.i
Sa philosophie est guidée par des dispositions naturelles,puisant leur essence, non pas de ses expériences ou de sa culture, mais de la conception qu'il a de la vie.i


La seconde impression que l'on a lorsqu'on se trouve en sa compagnie est celle d'une force de caractère et d'une fière virilité qui sautent aux yeux et qui se dégagent de tous ses poèmes.i
Néanmoins,ces deux traits ne sont pas exposés chez lui avec la fierté triviale de nombre de poètes à qui l'on sourit quelquefois quand ils exposent leur marchandise,mais avec la fierté d'un homme qui impose le respect et que l'on ne peut pas ne pas révérer.i
On est obligé de lui accorder un coin privilégié de son cœur et de lui réserver une place de choix dans sa mémoire pour apprendre ses poèmes et pouvoir entonner ses hymnes à la gloire,comme si l'on était à sa place.i
Cette fierté retracel'état d'esprit du poète qui rêve de prestige,sans essayer de s'engager dans les chemins qui y mènent.i

Quand il s'adresse aux rois et aux princes,il ne descend jamais de son piédestal qui lui donne l'impression qu'il est à leur niveau.i
Il est persuadé de sa grandeur comme on peut le constater quand il dit :i
Mon cœur exerce d'un roi le pouvoir souverain
Même si ma langue de poète est celle du commun

و نفسي من الملوك...و إن كان لساني يرى من الشعراء.
Fierté candide. Fierté d'un homme qui ressent quelque chose au-dedans de lui-même;car,n'oublions pas qu'il a toujours recherché le prestige et caressé l'image fuyante de la gloire,mais il n'en était gratifié que d'une portion réduite, qu'il jugeait bien en-deçà de ses mérites.i
Sa fierté ne l'autorisait pas à se targuer d'un prestige au rabais,mais elle l'incitait à parler de lui-même comme s'il était en possession de tous les atouts du prestige et de la grandeur;et c'est ainsi qu'il a parlé avec fierté de sa virilité,mis sa force en exergue et veillé à confondre tous ceux qui osaient se dresser sur son chemin.i
على قدر أهل العزم تأتي العزائم..و تأتي على قدر الكرام المكارم
و تعظم في عين الصغير صغارها..و تصغر في عين العظيم العظائم.
Al Moutanabbi n'était pas seulement un poète qui improvisait des chefs d’œuvre de poésie avec des idées merveilleuses,équilibrées et bien agencées,mais il ajoutait à cette poétique débordante de sensibilité une conscience profonde de sa force de caractère et une extraordinaire ambition pour tout ce que la vie présente d'éminemment prestigieux et relevant des grands principes.i

Quel type de sensation se dégageait de cette belle maxime,quel être humain pouvait s'enorgueillir à ce point de sa force de caractère et quel sujet mortel nourrissait de telles ambitions.i
Ce ne pouvait être qu'un grand homme à qui le sort n'a ouvert les horizons de la vie qu'avec parcimonie.i

Il n'a pu occuper que le poste de poète, mais quel poète il était!i
C'était le poète de la grandeur d'âme vouée à la vie éternelle.i
C'est là un titre de gloire et de magnificence dont seul il pouvait fièrement se prévaloir.i
par Said Hajji...un écrivain marocain
***********
Biographie:x

Al-Mutanabbi est né dans l’actuel Irak ,dans la ville de koufa .Son père était porteur d'eau,et a exercé plus tard le métier de panégyriste à gage.Il grandit dans un milieu bédouin d'obédience chiite,qui lui donne une formation religieuse solide.x

En 924 ,après une attaque qarmate à Koufa,il part vivre dans le désert avec eux,apprenant leur dialecte arabe.Prétendant être un prophète,il fomente à l’âge de dix-sept ans une rébellion qarmate à Lattaquié en Syrie.Sa révolte échoue et il est emprisonné par les autorités d’Homs.Après cette révolte,on lui donne le nom d'al-Mutannabi,« celui qui se déclare prophète ». i
Il sort de prison en
935 ,et en 948 il entre à la cour de l’émir hamdanide ,Ali Sayf al-Dawla .Il loue Sayf al-Dawla,chez qui il voit le héros du jihad et le champion de l’arabité,et tombe amoureux de sa sœur Khawla.i

AlMutannabi quitte cette cour après une violente dispute qui l’oppose au grammairien Khalawaih qui n’hésite pas à le gifler devant l’émir.Il rejoint donc en 957 une autre cour, celle des Ikhchidides ,et écrit des poèmes pour Abu al-Misk kafour . i
Pour ses poésies,il est nommé gouverneur de
Sidon ,mais à cause de ses poésies satiriques à l’encontre du prince,il est forcé dès 961 de quitter le pays.i
Il part pour
Chiraz en Iran ,où il travaille pour le prince Bouyide , ’Adud al-Dawla.Il trouve la mort accidentellement,après avoir été attaqué par des brigands dans le désert irakien.i

source: wikipedia


écrire, c'est s'exiler.i
by larb!as iam










 

رد مع اقتباس
قديم 2009-12-01, 19:41   رقم المشاركة : 2
معلومات العضو
ينابيع الصفاء
محظور
 
إحصائية العضو










افتراضي

écrire, c'est s'exiler.i









رد مع اقتباس
قديم 2012-04-18, 17:32   رقم المشاركة : 3
معلومات العضو
ينابيع الصفاء
محظور
 
إحصائية العضو










افتراضي

je me rappelle ce sujet c'est l'un de ma meilleures sujets que j'ai écrit dans ce forum
ce poete reste gravé dans mon cerveau jusqu'a la mort
car il a changé ma vision de la vie depuis la premiere lecture de son poesie et sa vie dramatique









رد مع اقتباس
إضافة رد

الكلمات الدلالية (Tags)
al moutanabbi

أدوات الموضوع
انواع عرض الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيع إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيع الرد على المواضيع
لا تستطيع إرفاق ملفات
لا تستطيع تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة

الانتقال السريع

الساعة الآن 17:22

المشاركات المنشورة تعبر عن وجهة نظر صاحبها فقط، ولا تُعبّر بأي شكل من الأشكال عن وجهة نظر إدارة المنتدى
المنتدى غير مسؤول عن أي إتفاق تجاري بين الأعضاء... فعلى الجميع تحمّل المسؤولية


2006-2020 © www.djelfa.info جميع الحقوق محفوظة - الجلفة إنفو (خ. ب. س)

Powered by vBulletin .Copyright آ© 2018 vBulletin Solutions, Inc