L'injustice américaine a parlé - منتديات الجلفة لكل الجزائريين و العرب

العودة   منتديات الجلفة لكل الجزائريين و العرب > Forum Français > Actualité > Actualité internationale

منتديات الجلفة ... أكثر من 14 سنة من التواجد على النت ... قم بالتسجيل في أكبر تجمع جزائري - عربي و استفد من جميع المزايا، تصفّح دون اعلانات، اشترك في المواضيع التي تختارها ليصلك الجديد على بريدك الالكتروني

في حال وجود أي مواضيع أو ردود مُخالفة من قبل الأعضاء، يُرجى الإبلاغ عنها فورًا باستخدام أيقونة تقرير عن مشاركة سيئة ( تقرير عن مشاركة سيئة )، و الموجودة أسفل كل مشاركة .

آخر المواضيع

L'injustice américaine a parlé

إضافة رد
 
أدوات الموضوع انواع عرض الموضوع
قديم 2013-07-16, 18:55   رقم المشاركة : 1
معلومات العضو
الـــــــــــهاشمي
عضو مجتهـد
 
الصورة الرمزية الـــــــــــهاشمي
 

 

 
الأوسمة
الموضوع المميز لسنة 2013 
إحصائية العضو










افتراضي L'injustice américaine a parlé

L’injustice a parlé


Régulièrement, le département d'Etat américain publie un rapport mondial sur les droits de l'homme où il distribue les bonnes et les mauvaises notes aux pays du monde entier. Nul ne peut feindre d'ignorer ces rapports qui émanent de la plus grande puissance mondiale et d'un Etat de droit. C'est ce que le président, Noir, de ce pays a rappelé en demande du calme après un verdict terrible qui a innocenté l'assassin d'un jeune Noir.

Dans cet Etat de droit, la justice a parlé avec un jury de six femmes, cinq Blanches et une Hispanique. Elle a décidé qu'un homme armé peut tuer un jeune Noir désarmé dont le look lui paraissait suspect. Qu'est-ce qu'une démocratie où un jeune Noir tué par arme est considéré, apriori, coupable ? C'est la question que beaucoup d'Américains se posent en constatant que rien n'est réglé malgré les homériques combats pour les droits civiques. Car, par quel bout on le prend, le jeune Trayvon Martin a été tué parce qu'il était un Noir qui a eu «l'outrecuidance» de marcher dans un quartier blanc. On est dans le racisme le plus ancré. Sa présence a été jugée contre-nature et un vigile en charge de la «pureté» des lieux l'a jugé et tué.

Comment une démocratie qui donne des leçons au monde entier peut-elle se permettre cette parodie de justice ? C'est probablement une autre question que se sont posée des milliers d'Américains qui ont manifesté, pacifiquement et souvent spontanément, après l'annonce du verdict. Beaucoup, en Amérique même, mettaient en avant les failles d'une démocratie où l'argent est roi, l'écart entre riches et pauvres vertigineux et où plus de la moitié des électeurs ne vote pas. Cela ne manque pas de pertinence, mais ce qui porte le plus d'ombre sur la démocratie américaine c'est bien cette justice à double vitesse qui considère, implicitement, qu'un Noir n'a aucun droit. Personne de bonne foi ne doute que si le jeune homme assassiné était un Blanc on aurait un tout autre procès et un tout autre verdict.

Que cela puisse avoir lieu alors que le président des Etats-Unis est un Noir ne fait que souligner l'ancrage profond d'une vision raciste au sein du système judicaire. Certes, l'exécutif américain ne dicte pas sa conduite à la justice, ni ses verdicts. Mais on aurait pu penser que l'élection de Barack Obama était un signe d'une véritable évolution des mentalités, certains avaient même théorisé sur une société américaine post-raciale. La justification du meurtre du jeune Noir par un jury de femmes blanches remet les choses à leur place. Ce jury a considéré que le jeune Noir était coupable d'être ce qu'il est, coupable d'avoir un look suspect, coupable de ne pas être à sa place. Il a justifié le meurtre et validé, d'avance, d'autres meurtres.

Même quand on vit dans des pays autoritaires et de justice approximative, cette démocratie donneuse de leçons qui permet une telle situation a quelque chose d'effrayant. Pourquoi parmi ces jurés qui ont validé l'assassinat d'un jeune garçon noir il n'y avait pas l'ombre d'un Noir ? Que des Blanches qui n'ont vu dans un jeune Noir tué qu'un criminel et non le fils d'une maman… Dans ce pays où la violence est enracinée, le message envoyé par la justice est violent. «Je sais que cette affaire a suscité des passions intenses. Au lendemain du verdict, je sais que ces passions pourraient s'intensifier. Mais nous sommes un Etat de droit, et un jury a parlé», a déclaré Barack Obama. C'est vrai, un jury a parlé, mais la justice n'a pas été rendue. L'injustice a parlé.



Source : le Quotidien d’Oran








 

رد مع اقتباس
قديم 2013-07-18, 05:24   رقم المشاركة : 2
معلومات العضو
أم أشـرف
مشرف سابق
 
الصورة الرمزية أم أشـرف
 

 

 
الأوسمة
المشرف المميز لسنة 2013 وسام التميز 
إحصائية العضو










افتراضي



C'est vrai, un jury a parlé, mais........... la justice n'a pas été rendue. L'injustice a parlé.

C'est le système deux poids deux mesures qui sévit comme toujours .......










رد مع اقتباس
قديم 2013-07-20, 10:42   رقم المشاركة : 3
معلومات العضو
الـــــــــــهاشمي
عضو مجتهـد
 
الصورة الرمزية الـــــــــــهاشمي
 

 

 
الأوسمة
الموضوع المميز لسنة 2013 
إحصائية العضو










افتراضي

اقتباس:
المشاركة الأصلية كتبت بواسطة أم أشـرف مشاهدة المشاركة


C'est vrai, un jury a parlé, mais........... la justice n'a pas été rendue. L'injustice a parlé.

C'est le système deux poids deux mesures qui sévit comme toujours .......



Il n'ya pas pire exemple que cette justice américaine donneuse de leçons
et il n'ya pas pire destin pour un président noir de se voir obligé d'assumer!








رد مع اقتباس
إضافة رد

الكلمات الدلالية (Tags)
américaine, l'injustice, parle

أدوات الموضوع
انواع عرض الموضوع

تعليمات المشاركة
لا تستطيع إضافة مواضيع جديدة
لا تستطيع الرد على المواضيع
لا تستطيع إرفاق ملفات
لا تستطيع تعديل مشاركاتك

BB code is متاحة
كود [IMG] متاحة
كود HTML معطلة

الانتقال السريع

الساعة الآن 19:20

المشاركات المنشورة تعبر عن وجهة نظر صاحبها فقط، ولا تُعبّر بأي شكل من الأشكال عن وجهة نظر إدارة المنتدى
المنتدى غير مسؤول عن أي إتفاق تجاري بين الأعضاء... فعلى الجميع تحمّل المسؤولية


2006-2020 © www.djelfa.info جميع الحقوق محفوظة - الجلفة إنفو (خ. ب. س)

Powered by vBulletin .Copyright آ© 2018 vBulletin Solutions, Inc