Home | Nationale | LE HIRAK

LE HIRAK

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Djelfa le 15 mars 2019 Djelfa le 15 mars 2019

le Hirak. Il est des moments dans la vie des peuples que nous devrons méditer. nous devrions regarder de prés et avec sagesse ce qui se construit devant nous par la volonté de son « excellence » le peuple et s’il ya des défaites qui mènent vers le réveil, nous l’avons subit pendant trop longtemps pour espérer le changement. Le moment opportun était inscrit pour cette jeunesse qui espérait les firmaments. Désormais les chaines sont rompus et nous voulons que la justice règne dans ce pays, nous l’exigeons. Ainsi donc le peuple parle, ainsi donc le peuple veut.

Ce peuple magnifique, qui continue sa trajectoire héroïque et qui dans des soubresauts mémorables a chassé les envahisseurs et dans des moments aussi terribles a su enfanter Tariq ibn ziad, l‘Emir Abdelkader et Ben Badis. Il existe une opinion qui peut juger au nom de cette morale régnante de ce peuple et aussi un sens de la justice qu’il veut atteindre pour reprendre le pouvoir qui lui a été usurpé et nettoyer les écuries qui n’avaient plus été nettoyé depuis vingt ans. Il sait que le pays souffre. Il sait que le mal est profond et il exige une thérapie de choc au nom de cette morale justement.

Nous l’avions prédit, nous avions écrits des propos révélateurs. Nous voulions réveiller les consciences et nous nous considérions comme, non seulement partisans du changement mais des membres actifs pour la reconstruction. L’impact de notre travail pour la liberté et la justice est assez appréciable et déjà à Zmilla nous avons refusé le mode de gouvernance qu’aujourd’hui tout le monde dénonce. Enfin ce qui se passe restera dans les annales de l’histoire. Le génie des Algériens, fiers et Rebel a toujours donné des révolutionnaires. Maintenant nul n’est dupe, nous savons ce qui se passe pour récupérer ce mouvement libérateurs et les manœuvres basses de certains qui veulent se faire valoir comme étant ses représentants. Nous tenons aux acquis de cette nation qui sont son Arabité, son Islam et son histoire antique qui n’est pas dénaturée, qui ne doit pas être dénaturée et falsifiée. Une Algérie ou les séquelles du colonialisme n’ont pas de place. Nous refusons le mal de « madame la France». Ceci est la volonté du peuple. Le moment est critique, toutes les institutions de l’état sont corrompues, l’unique institution qui donne de l’assurance et garantit la réussite du projet est l’institution militaire, n’en déplaise à ceux qui font semblants d’être pacifistes et possèdent toute les panoplies des armes de destruction. Pour cela nous soutenons avec force l’armée et ses dirigeants pour mener à bien l’ensemble des reformes et accompagner le peuple dans son projet de changement. Nous avons confiance en notre armée et ses cadres. Cette dernière ne doit pas céder la préséance aux forces occultes. Des dirigeants honnêtes peuvent se passer des manœuvres étrangères.

Mon général, restez insensible aux flatteries prenez conscience de vos possibilités réelles. Ce n’est pas l’aventure qui vous appelle, non, c’est la grande porte de l’histoire qui s’ouvre à vous, allez-y. vous ouvrez une nouvelle page pour l’Algerie. Nous avons vu toute la population avec ses différentes franges faire des critiques, des analyses, donner des conseils, des directives. Nous avons constaté un peuple mur et un haut niveau de culture politique. Nous avons constaté aussi que les revendications sont les mêmes partout partout où nous allons, nous disons tout simplement que Le peuple Algérien est MAGNIFIQUE.

VIVE L’ALGERIE.

(*) Chouiha Abderrahmane fondation Sidi Nail

 

lectures : 599

Subscribe to comments feed Commentaires (0 posté)

total: | Affiché:

Postez votre commentaire

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha

Auteur infos

Chouiha Abderrahmane Chouiha Abderrahmane

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Mots-clés:

fondation sidi nail, le Hirak, algerie

Estimez cet article

0