Home | Historique | Fondation dites-vous ?

Fondation dites-vous ?

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Fondation dites-vous ?

Le printemps, représente dans l’imagerie populaire, les prémices du bonheur, de la réussite et le présage des bonnes choses. C’est le temps de l’éveil, de l’éclosion, des bourgeons. Le symbole du commencement sous de bons augures. La nature offre alors une variété admirable de fleures aux colorie multiples. Le vert, le jaune, le blanc s’étendent à perte de vue, recouvrant le sol d’une immense enseigne, des champs de coquelicots, de trèfles, de marguerites et des tas d’autres variétés odorantes et parfumées. Le tendre bleuet aux tons claires, s’épanoui sous le soleil. Le pain et l’herbage s’offrent à l’homme et au bétail. Toutes les créatures de dieu sont heureuses.

Mais il se peut qu’il ne pleuve pas assez. Le printemps se trouve alors compromis et n’offre plus cette profusion de bonheur. L’herbe est rare. Le sol se couvre alors d’une plante étrange. Etrange par son caractère défensif, sa résistance et sa forme épineuse. Les nomades l’appellent « el-goundel » une espèce d’astragale, qui pousse quand les autres plantes ne le peuvent pas…

Si tu fais le bien à l’homme ingrat, il se mutine contre toi, mais si tu le fais à l’homme de bien, il te le rend, ainsi parlent les arabes dans leur sagesse. Et dans leurs vastes espaces sahariens, territoires de la soif, ils offrent au voyageur, leur cœur, sur la pomme de la main. En cas de disette, le « cheikh » est toujours Prêt à sacrifier son cheval, pour le premier venu. Rien que pour cela. Au risque de se priver lui et les siens, du minimum nécessaire. C’est une habitude, un idéal, une philosophie de la vie, que tout le monde ne peut comprendre.

Les ouled sidi Nail, imbus de cette doctrine, ont tout donné. À commencer par les contingents de guerriers, mort pour ce pays depuis l’invasion des espagnols à Oran, des turques auxquels ils ont tués deux beys « le bey Osman et le Bey Softa » et des français qui se sont cassés les dents face à leur résistance qui à duré vingt ans. Alors que certains les appelaient pour d’éventuelles soumissions et marchandages.

 Quand les ouled nail résistaient contre L’armée coloniale, d’autres régions lui fournissaient aide et « conseil » et renforçaient son armée contre leur frères de sang. Les sépultures de nos martyres sont éparpillaient partout en Algérie, à Staouali et ailleurs.

Les Ouled sidi Nail ont protégé toutes les villes de la région. Leur héroïsme est gravait dans la terre des « Zaatcha » ou leur sang a irrigué les sables bénis du Sahara. Le cimetière des martyres de 1852, à la sortie nord de Laghouat est Témoin de leur bravoure et pour ceux, qui ne le savent pas, la grande révolution de novembre a commencé ici, avant de commencer dans d’autres régions, avec l’armée du martyre CHEIKH SI ZIANE. Rappelez-vous, le martyre Latrach Mustapha dans la bataille d’Alger, le martyre Zernouh mohamed hawrane, bras droit du grand Amirouche, ainsi que le martyre Jakal Baizid alias Makhlouf Djelfaoui, responsable de sécurité du congrès de la Soumam et l’insaisissable martyre Sediki Nawri, alias capitaine « Nhai » et sa « katiba » de choc, à Sour-el-ghouzlane et tants d’autres frères, tombaient pour la gloire de ce pays et la légende vivante, grand baroudeur, comme le colonel Bencherif, et arrête toi O temps ! « ahdi ya dounia ».

 Garde la tète haute et souviens-toi de tes pères qui étaient si grands. Ils n’ont jamais demandé la charité car c’est eux qui la donnent. Nobles, Ils ont toujours la main haute, comme le disait Si Attia. Beaucoup de gens vivent de leurs bienfaits. Grace à Dieu. Les Ouled Sidi Nail n’ont jamais marchandé, ils ne se sont jamais soumis, ils n’ont jamais collaboré, les Ouled sidi Nail ont été brisé, cassé. La France s’est vengée contre ce peuple fier, par tous les moyens. Les déportations, les déplacements de populations (Ouled Mlakhoua) qui ont le plus résisté et le plus souffert. Les Ouled Toaba, qui n’ont pas fini de se révolté, le djebel « krabtit » est témoin de leurs sacrifices. LE Djebel Boukahil portera pour toujours la gloire et l’héroïsme des combattants de l’ALN, que la France a voulu effacer par le napalm. Je ne voudrais pas rentrer dans les détails d’une machine de guerre sans scrupules, indécente.

La fin s’est qu’à l’Independence, il y avait une école primaire à Djelfa, alors que des lycées étaient érigés partout ailleurs et écoutez bien, le nombre de harkis et goumiers se compte sur les doigts de la main et s’il le faut, on peut faire le décompte total des régions. Vous avez eu raison de nous, par vos moyens fourbes. Par la famine et l’ignorance. Nos avons tout donné. Nous ne voulons rien recevoir, à part des écoles. Nous ne sommes pas protégés. C’est pour cela que la responsabilité de l’Algérie est grande envers cette région qui reçoit dans son giron, tous les fils de l’Algérie. Havre de tolérance et d’hospitalité. Qu’un programme spécial, exceptionnel doit être mis en place pour sortir cette région du marasme dans lequel elle végète. Et elle continuera à donné…

lectures : 2189

Subscribe to comments feed Commentaires (3 posté)

avatar
chouiha abderrahmane 17/03/2016 10:50:23
merci, à mon avis, il faut traduire cet article. certainement, il y aura plus de lecteurs. cela est naturel. il faut se focaliser sur les mots clés, pour une éventuelle compréhension. apparemment le message est clair mais il n'est jamais assez de marteler des vérités qu'on essaye de passer sous silence.
avatar
CHAKHOUM 22/03/2016 14:27:52
vraiment ,savoir que parmis les ouled nail ,il existe des intellectuels tels que Mr CHOUIHA ,est un vrais soulagement et une grande fierté .je suis sûre notre histoire et nos racines (nous les ouled nail) sont entre de bonnes mains si c'est monsieur CHOUIHA qui tient la plume
vous qui êtes un si grand homme,acceptez mes salutations les plus distinguées
avatar
Amar 29/03/2016 01:26:01
Ce genre d'article me fait ce que fait le fine pluie à la bonne terre, il est vrai que la tribu des Ouled Nail regorgait de force et de richesse, maintenant réduit à la pauvreté et l'ignorance, ensuquée par les siens, tous le monde arabe est menacé !
total: 3 | Affiché: 1 - 3

Postez votre commentaire

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha

Auteur infos

Chouiha Abderrahmane Chouiha Abderrahmane

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Mots-clés:

JAKAL BAYZID, Zernouh Mohamed, Ouled Naïl, Attia Messaoudi, Sidi Naïl, Ziane Achour, fondation sidi nail, ouled sidi Nail, bey Osman, Bey Softa, Zaatcha, Laghouat, Latrach Mustapha, Sediki Nawri, colonel Ahmed Bencherif, Ouled Mlakhoua, Ouled Toaba, Djebel Boukahil, les ARABES

Estimez cet article

0