Home | Djelfa News | Parmi eux celui de Moussa Ben Hassan Ederkaoui, Zitouni : L'Algérie ne sera satisfaite qu'une fois les crânes de ses chouhada enterrés dans le pays

Parmi eux celui de Moussa Ben Hassan Ederkaoui, Zitouni : L'Algérie ne sera satisfaite qu'une fois les crânes de ses chouhada enterrés dans le pays

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Parmi eux celui de Moussa Ben Hassan Ederkaoui, Zitouni : L'Algérie ne sera satisfaite qu'une fois les crânes de ses chouhada enterrés dans le pays

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a affirmé jeudi à Djelfa que l'Algérie ne sera satisfaite qu'une fois rendus les crânes de ses chouhada, se trouvant au Musée de l'Homme en France, pour leur accorder les honneurs de la sépulture dans leur pays.

‘‘Nous n’aurons de satisfaction qu’une fois les crânes des chouhada algériens (se trouvant) au Musée de l'Homme en France auront une sépulture en Algérie’‘, a déclaré M. Zitouni jeudi lors de sa visite à Djelfa.

‘‘Une coordination, à ce sujet, est en cours entre les ministères algérien des Moudjahidine et des Affaires étrangères et la direction de la coopération internationale’‘, a fait savoir le ministre lors d’une conférence sur les ‘‘attaques contre la caserne de Maàmra’‘ du mont Kada lors de la Guerre de libération, dans la commune de Hed Shari (à 80 km au nord de Djelfa).

‘‘L'ambassadeur d'Algérie en France a été contacté en vue de prendre attache avec les autorités françaises sur ce sujet, objet de procédures techniques’‘, a-t-il précisé.

‘‘Nous éprouvons réellement de la peine à la vue de ces crânes séparés du reste de leurs corps depuis un siècle et demi, mais cette affaire à quelque chose de positif : elle révèle le véritable visage de la France de la démocratie, de l’égalité et des droits de l’Homme’‘, a ajouté M. Zitouni, soulignant qu’il s’agit là d’une ‘‘affaire d’honneur’‘ pour tout Algérien et Algérienne, pour laquelle ‘‘nous épuiserons tous les canaux diplomatiques’‘ avec ‘‘calme, mais beaucoup de rigueur’‘.

Et d’ajouter, ‘‘nous réitérons la position immuable de l’Algérie dans ce type d’affaires’‘, assurant qu’elles bénéficient toutes (affaires) d’un ‘‘suivi quotidien de la part du Président de la République et du Premier ministre’‘.

M. Zitouni a considéré, en outre, que pour que les relations entre l’Algérie et la France soient ‘‘normales’‘, ‘‘il faut régler les problèmes en suspens, à l’instar des archives nationales, des disparus Algériens et la restitution des crânes (de chouhada algériens) du musée de l’Homme’‘.

Soulignant l’importance de la préservation de la mémoire nationale, le ministre a soutenu que ‘‘celui qui aime l'Algérie, doit impérativement aimer son passé, son histoire, sa glorieuse Révolution et tous ses chouhada et moudjahidine, en œuvrant à transmettre leur message’‘.

Le ministre des Moudjahidine a entamé sa visite, dans la wilaya, par l’inauguration d’un cimetière des chouhada dans la commune de Charef, à 50 km à l’ouest de Djelfa, où il a également inauguré un centre de repos pour moudjahidine, réalisé pour une enveloppe de 410 millions de dinars, au niveau de la station thermale de cette région.

L’opportunité a également donné lieu à l’inauguration, par M. Zitouni, du nouveau siège destiné à la direction des moudjahidine. Le ministre a assisté ensuite à une conférence historique, animée au musée du moudjahid, dont il a fait une tournée en compagnie de ses responsables.

 

lectures : 1520

Subscribe to comments feed Commentaires (0 posté)

total: | Affiché:

Postez votre commentaire

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha

Auteur infos

admin

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Mots-clés:

Moussa Ben Hassan Ederkaoui, Moussa Ben Hassan, ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni

Estimez cet article

0