Home | Culture | Croyances Populaires

Croyances Populaires

Par
Taille de la police: Decrease font Enlarge font
Croyances Populaires

Louange à Dieu, souverain de l’univers et que ses prières et son salut soient sur notre seigneur Mohammed, sceau des prophètes et le plus noble des envoyés.

L’homme depuis la nuit des temps, a toujours eu un imaginaire fécond. Son esprit l’a toujours mené dans les espaces les plus reculés que se soit dans la lumière pure ou dans les recoins des pénombres, tenu par la main de ceux qui mènent les combats. Il se pourrait que se soient des prophètes qui mènent vers la lumière ou des aveugles qui poussent les nations vers les abimes. De toute façon, cet imaginaire a toujours été projeté à l’extérieur de l’être par des représentations stylisées. Toutes les peurs, les angoisses, les espérances sont alors allégoriquement expulsées pour une éventuelle protection, ou pour un éventuel sort, une réussite quelconque dans la chasse, dans l’amour ou le pouvoir.

Cette représentation peut prendre différentes formes. Il se peut que ce soit des formes physiques, de l’écriture, des formes graphiques ou même des mots, des histoires. Déjà les premiers peuples de l’âge de la pierre et je ne voudrais surtout pas parler de peuples primitifs qui le sont peut être dans leurs technologies, mais certainement pas dans leurs attitudes d’homme, dans leurs joies et leurs amours. Ils ont dans un style extraordinaire et d’une qualité esthétique très élevée, gravé leurs préoccupations sur les parois des roches qui les abritaient. C’était surtout des gravures d’animaux. Ils ont peint des scènes quotidiennes de leur vie, des scènes de chasses, de cérémonies, ou d’incantations ; Les amulettes et d’autres gestes et objets font partis de ce rituel.

Ce sont les phéniciens, les premiers qui ont inventé l’alphabet, ce procédé magique qui porte les sons et transmets les idées, qui ont enrichi particulièrement ce répertoire dans notre pays et autour de la méditerranée. La main au cinq doigts, l’œil, le serpent et autres mots ésotériques qui appartiennent à la mythologie cananéenne font partis de notre quotidien et beaucoup de gens continuent à y croire fermement. L’influence phénicienne dans le mental de cette humanité est immense. L’origine de cet art qui est très ancien porte l’empreinte de leur auteur. Cet art s’est imposé à l’Egypte ancienne et plus tard au pourtour de toute la méditerranée pour devenir en ces temps de modernité un viatique nécessaire à la société humaine et qu’est-ce qu’un « logo » si ce n’est cette fameuse projection de nos espérances.

Ce regard très superficiel que je porte au sujet nous donne une certaine idée quotidienne et très actuelle du bestiaire de la nature. Les chimères et autres grylles et « ghoul » , ont encore une grande influence dans l’esprit des masses . Des expressions tels : « blad lahwal wa laghoual » , « msallam wa mkataf », « mahou zin » etc.  Qui sont encore d’actualité et dénotent une certaine angoisse et un mystère délimitée par une frontière presque sacralisée qu’il ne faut pas franchir au risque de périr ou de se faire mal. Ce folklore est beaucoup plus ancien que l’islam puisqu’il existe chez d’autres peuples. Chez les romains par exemple, en sortant de chez eux, les hommes crachaient sept fois du coté gauche, chez d’autres italiens, on verse de l’eau derrière les pas de celui qui part en voyage chez d’autres encore en jette du sel pour un retour éventuel.  En Afrique du nord, il y a bien longtemps, Les gens crachaient au ciel qui les brulait, comme unique rituel qu’ils connaissaient avant les religions monothéiste. Faits rapportaient par Hérodote. D’autres encore, embrassent leur doigt après avoir frotté leur œil, il y a ceux qui touchent le bois pour détourner le mauvais sort ou se croisent les doigts et d’autres exhibitions similaires    رَبَّنَا وَلَا تَحْمِلْ عَلَيْنَا إِصْرًا كَمَا حَمَلْتَهُ عَلَى الَّذِينَ مِن قَبْلِنَا ۚ     (Seigneur ne nous oblige pas à porter des pactes comme ceux qui nous ont précédés).  Ceci existe depuis trois mille ans chez les peuples méditerranéens et peut être même avant.

Dans le pourtour de la méditerranée, des fêtes sont organisées pour les moissons et pour l’abondance de la nourriture. Des poupées et marionnettes sont ornées pour défiler dans les rues. Chez nous, cette fête s’appelait « boughounja » ou l’homme à la cuillère. C’est des processions qui sont accompagnées de chants et de danses. Les animaux réels ou imaginaires sont toujours représentés et font partis du rituel, chèvres, boucs, chevreaux, taureaux, coq et autres dons sacrificiels, souvenirs du paganisme et de la fausse adoration de satan et de son armée, meublent le subconscient des peuples. Ces rites sataniques que l’homme traine depuis toujours sont perpétuellement alimentés par des forces cachées et qui adaptent et adoptent différentes formes selon les lieux et le temps, pour qu’ils restent d’actualité.

قَالَ رَبِّ بِمَا أَغْوَيْتَنِي لَأُزَيِّنَنَّ لَهُمْ فِي الْأَرْضِ وَلَأُغْوِيَنَّهُمْ أَجْمَعِينَ (39) إِلَّا عِبَادَكَ مِنْهُمُ الْمُخْلَصِينَ (40) 

(j’en jure par ta gloire, répondit Ibliss , je les séduirai tous. Sauf tes serviteurs sincères. Sourat sad. V. 83, C’est des rites que l’homme s’impose à lui-même.

Même les multinationales au service de ce mal, s’ingénient à inventer des Logos aux formes singulièrement expressives pour l’adoration de leur maitre, notre ennemi, qui fait semblant de ne pas être, l’une de ses meilleures idées pour égarer l’homme. Alors que ce soit un bélier apparu en 1968 au temps de la belle époque ou Mr. Boukhalkhal Said, honnête et chevronné, dirigeait la mairie ou un faucon du temps de la fondation Sidi Nail. Ce qui donne un aperçu sur votre état, votre ligne de conduite ou vos objectifs.  L’essentiel est là, c’est le geste antique qui ressort des fins fonds de la mémoire… le bestiaire est assez riche, et en ces temps qui courent et que c’est à la mode, je suggère, tant qu’on y est, comme innovation fort instructive et la ressemblance est très typique, des morpions qui ont la forme de crabes qui s’accrochent, à la place des buses et autres rapaces qui s’envolent parmi les oiseaux. Et au fait, pour lutter efficacement contre ce fléau, il faut raser ces endroits intimes et il n’y a pas de plaisanterie…

 Il se peut que se soit le borgne, le cornu, une vache « qui rit » ou des colonnes ou des monuments en forme de pyramide, pour préparer son avènement sur le trône des ténèbres. Il s’agit réellement du « dajal » qui gère ce bestiaire, et mène ce combat, lui et son armée et leurs sociétés secrètes. Je voudrais attirer l’attention que depuis la nuit des temps, ce genre de préoccupation existe, en tant que moyen du mal, pour réaliser sa promesse et Il faut croire que sa force de persuasion mène beaucoup de gens en enfer, même si c’est beau, esthétique et qu’on appelle cela de l’art. ». »

    Il faut remarquer que la différence est fondamentale entre ce que nous croyons et ce qu’ils disent : Chez nous, l’homme nait selon la ‘’fitra’’ il est pure, contrairement ils croient qu’il nait avec le péché originel assisté du diable ; nous croyons que les faits sont jugés selon les intentions, ils croient que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Nous croyons que les actions de l’homme s’arrêtent à la mort, ils croient que l’homme continu à agir surtout s’il est béatifié c'est-à-dire canonisé et divinisé. Nous croyons aux prophètes et en Issa fils de Marie, il croit que Jésus est fils de dieu. Nous croyons en un seul et unique Dieu, ils croient en un dieu en trois. Nous enlevons nos chaussures pour prier, ils ôtent leurs chapeaux. Nous égrenons le chapelet avec l’index, ils le font avec le pousse. Dans une assemblée, celui qui s’absente et revient, retrouve sa place, pour eux celui qui s’absente, perd sa place. Nous n’avons pas peur de la mort et on s’y prépare chaque instant, eux, ils ont peur de la mort. Nous n’avons pas d’intermédiaire entre nous et le bon Dieu, ils croient en un pontife, c'est-à-dire un pont entre eux et leur créateur. Ils vénèrent et adorent les restes de leurs morts qui est de l’idolâtrie, nous interdisons la nécromancie (en principe). Et si vous voulez encore, nous mangeons avec la main droite, eux ils s’en ‘’foutent’’, nous nous lavons avec de l’eau, ils se torchent. Pour nous la fin ne justifie pas les moyens, pour eux c’est la fin qui justifie les moyens. Et parmi tous les peuples du monde, nous sommes les seuls à nous raser certaines parties du corps, par souci d’hygiène, une mode qui se répand à travers le monde, vu son utilité et son bénéfice…

Tout ce qui fait notre foi: les préceptes divins, les percepts de l’unicité de dieu, la croyance, se trouvent fondamentalement inversés. Il faut croire que ce n’est pas le fruit du hasard. Des forces occultes travaillent pour égarer les masses, les créatures de dieu. Il s’agit d’une vieille promesse portée par le mal, qui entrainera beaucoup de gens vers la géhenne qui se remplira de mécréants. (Seigneur, dit Ibliss, accorde moi un répit jusqu’au jour où les hommes seront ressuscités.  sourat sad,v 80) Ce phénomène fut combattu par les réformateurs tels Si Tayeb El-Oqbi, Mohamed Laid Al Khalifa et Mohamed lamine Lamoudi . Ils ont combattu le charlatanisme et les innovations et ont en fait leur cheval de bataille. Beaucoup d’émules les suivirent à travers le pays comme Hadj Kouider, Chaounane, Ben labkhaiti et cheikh Harane, Abdallah Echarii, qui sont des personnalités phares et des repères de la ville de Djelfa malheureusement ils restent inconnus de la ‘’classe cultivés’’ malgré leurs prises de position révolutionnaire et leur militantisme et ne sont pas inscrits dans les livres des personnalités de Djelfa, qui foisonnent ces derniers temps. Il se peut qu’il n’y ait pas de bequetée et c’est dommage.

           C’est une brèche ouverte à tous les excès. Une fenêtre d’aliénation et d’arriération des peuples qui retrouve de la vigueur et de la force en ces temps d’indigence culturelle et morale. Alors parlons des innovations dans notre religion et vous verrez que le mal ne se cache pas très loin. Encouragé par un système qui n’a pas de morale, La sorcellerie, les talismans et beaucoup d’autres objets aux pouvoirs maléfiques en plus d’une architecture spécifique comme support de pouvoir magique, dessinant une géométrie de maléfice aux lignes triangulaires. Ces tares reviennent en force dans toutes les strates de la société à travers le monde entier, chez tous les peuples de la terre. D’ailleurs, ces choses qui n’ont jamais disparu, Sont utilisés par les dirigeants du monde et ceux qui détiennent le pouvoir et l’argent. Comme celui qui posséda deux sous, ses lèvres apprennent l’art de parler et il dit. Les gens s’avancent alors vers lui pour l’écouter, tu le vois alors faire le paon. Si ce n’était son argent, tu l’aurais vu parmi les gens dans une posture bien pire. Ce phénomène diffus existe dans notre société et je ne sais s’il règle leur problème. Ce qui est sûr, c’est qu’il attache l’individu par un pacte sordide et inextricable avec le diable. Celui qui s’adonne à ces pratiques, noue avec satan un pacte qui insulte la religion. Son commerce est perdu d’avance et les bénéfices qu’il peut en tirer sont vraiment dérisoires par rapport aux pertes. Il croit accéder aux sciences de l’invisible, mais ce n’est que leurres (…..)  Notre société, qui est une société musulmane, est en principe protégée contre ce genre de pratiques. Mais comme le mal se faufile à travers la chair et l’ongle et que les maux sociaux qui découlent de l’ignorance, la pauvreté et l’indigence culturelle, sont le fruit du diable, alors ça aboutit à la délinquance et à tous les excès imaginaires. الشَّيْطَانُ يَعِدُكُمُ الْفَقْرَ وَيَأْمُرُكُم بِالْفَحْشَاءِ ۖ وَاللَّهُ يَعِدُكُم مَّغْفِرَةً مِّنْهُ وَفَضْلًا ۗ وَاللَّهُ وَاسِعٌ عَلِيمٌ (268) ( satan vous promet la pauvreté. baqara ) Nous prétendons être la meilleure nation qui soit venue au monde. Je ne voudrais pas être gratuitement méchant, Mais le compte à rebours de notre déchéance a commencé depuis longtemps. Depuis l’abandon des responsabilités. Le rôle du pouvoir en tant que père éducateur, depuis l’abandon de la « fallaqa » qui est une thérapie très efficace contre les déviations morales et les débauches.

Une masse de gens inculte, hagarde, méchante, impolie, peuple les rues, les cages des bâtiments, les murs et tous les coins et recoins de la société, أَمْ تَحْسَبُ أَنَّ أَكْثَرَهُمْ يَسْمَعُونَ أَوْ يَعْقِلُونَ ۚ إِنْ هُمْ إِلَّا كَالْأَنْعَامِ ۖ بَلْ هُمْ أَضَلُّ سَبِيلًا (44) Comme du bétail sans pâtre, abandonné à l’ennemi qui est le diable.  (FURQANE). Est-ce cela la société à laquelle nous aspirons ? Vous allez dire que les populations occidentales qui sont en majorité policées, disciplinées, cultivées, doivent donc être à l’abri du diable. Non, ce qui manque aux européens, c’est la foi et la croyance en dieu ; alors ‘’eurêka’’, nous avons la foi et nous manquons d’instruction, ils ont l’instruction et ils manquent de foi. L’équation est très simple. Pour bâtir un peuple, il faut l’instruire, construire une école primaire solide. Reformer la culture populaire fausse. Revivifier les savoir-faire ancestraux. Retourner à l’authentique enseignement. Retourner tout simplement à l’authentique dans nos pratiques quotidiennes. Parce que les peuples c’est d’abord leur éthique, si leur éthique disparait, ils disparaissent. Ce peuple, dont la foi est forte, s’il s’instruit, il deviendra la meilleure nation qui soit venue au monde: Nous ordonnons le bien et interdisons le mal et je ne doute absolument pas en son potentiel moral. Car parmi tous les peuple du monde, si ton ennemi a du pouvoir sur toi, il te tue sauf chez l’arabe, s’il a en son pouvoir son ennemi, il le libère et pardonne, parce que il est le plus fort. Ceci est à nos yeux le summum de l’éthique et il faut que le monde le sache et plus prés de nous, le commerce Naili, ou la vente Naili, le vendeur accepte alors toutes les conditions à son désavantage pour éviter de léser son partenaire par peur du bon Dieu. Chez nous, pour sermonner votre enfant, vous lui dites, prends garde à ta lignée, à l’honneur de tes ancêtres. (احشم على أصلك), ce qui veut dire beaucoup de choses à notre avis. Nous gardons encore des cœurs purs et nous veillons à restituer les dépôts à leurs propriétaires. La confiance reste une qualité que nous estimons, confiance qui frôle la crédulité. Notre prophète que les prières et le salut de dieu soit sur lui, dit : le bien restera dans ma nation jusqu’à la fin des temps.

Nous tenons à évoquer certaines remarques judicieuses de notre ami et compagnon Mr. B. Marhoun auprès duquel nous trouvons conseils, critiques constructives et corrections.  « Certes, le rôle dévolu à la religion est prépondérant, mais une analyse plus profane nous permet de voir que chez certains peuples nordiques, la part est faite belle à une certaine éthique où l’humain a une place privilégiée et où l’éducation et le volet social font partie d’un paradigme propre à tout gouvernement sans qu’il y ait recours à la religion.  La dictature, le musèlement des voix discordantes, le dirigisme et le dogmatisme imposés au système éducatif, l’utilisation de la religion à des fins bassement politiques ne sont-ils pas le terreau fait à l’ignorance où nous pataugeons ?  N’est-ce pas la médiocrité qui règne en maitresse incontestée au plus haut niveau dans nos contées. Qui est l’une des causes de notre aliénation ».

(*) Chouiha Abderrahman. Fondation Sidi Nail

lectures : 350

Subscribe to comments feed Commentaires (1 posté)

avatar
Khatabi 19/07/2018 12:06:24
Sujet d'actualité. L'idée de la ''falaqa''m'a bcp plu. Il faut dire que nous sommes bien une société S/développée. Dans nos manières et notre comportement. Nous sommes une société mal-éduquée et nos gouvernants pareil. Que dieu éclaire notre route n'challah et merci à l'auteur sid Chouiha
total: 1 | Affiché: 1 - 1

Postez votre commentaire

  • Bold
  • Italic
  • Underline
  • Quote

Entrez le code que vous voyez dans l'image s'il vous plait:

Captcha

Auteur infos

Chouiha Abderrahmane Chouiha Abderrahmane

  • Envoyer par email à un ami Envoyer par email à un ami
  • Version imprimable Version imprimable
  • Texte complet Texte complet

Mots-clés:

Ouled Naïl, fondation sidi nail, Islam

Estimez cet article

0